BLOW

Une nouvelle ère. C’est après ses projets Scarlet Queens (pop-rock) et 7IK (électro) que Quentin Guglielmi, chanteur et compositeur, a naturellement imaginé BLOW. Une nouvelle aventure musicale à la croisée des chemins, un hybride opportun qui ne garde que l’essence et l’énergie pure des expériences passées. Pour faire, il a laissé les éléments s’imbriquer les uns et avec les autres, sans ne rien forcer, pour qu’ils gardent leur simplicité, leur instinctivité et cette suspension aérienne nécessaire à l’exploration désirée.

 

Véritable cœur gravitationnel, Quentin va être rejoint par son ami d’enfance Jean-Etienne Maillard qui officie à la guitare et par Thomas Clairice, un compagnon de route déjà présent dans ses anciens groupes et parallèlement membre de HER. Ensemble, ils bâtissent spontanément une identité musicale racée : BLOW. Le résultat est une pop-électro moderne mid-tempo, rêveuse et contemplative. Cette convergence prend forme par les trois souffles influés par ses membres : Quentin donne une matière brute sans format, Thomas y ajoute les basses pour y donner un groove hypnotique ou profond puis Jean-Etienne structure, arrange et pose sa patte à son tour.

 

Après avoir dévoilé un premier titre : The Devil Remebers Me, en octobre 2015, BLOW sortira un premier quatre titres le 16 février prochain. On y découvre un monde intemporel, chimérique, lumineux par sa musique, sombre par ses paroles, gracieux comme le plafond d’une nef italienne au plafond baroque.
Les guitares mélodiques se font vaporeuses pour mieux se mélanger avec les nappes ambiant des synthétiseurs et d’une rythmique pénétrante. La voix de Quentin  passe du suave aux aigus pour plus de contraste, d’éclat. Un clair-obscur ensorcelant racontant des histoires de seize filles face à l’appel des limbes, d’une nostalgie amoureuse blessante, d’un monde en péril proche de sa fin, d’un ailleurs lointain mais pourtant tellement proche.

BLOW pose la première pierre d’un édifice électro-pop qui promet d’être magistral.